Aller au contenu
Accueil » Actualités » PROJET APILUZ 

PROJET APILUZ 

Durée : De 2014 à 2016  

Localisation : Commune de Beine-Nauroy (Marne)  

Partenaire : Coop de France déshydratation, Luzéal, Association Symbiose 

La luzerne produit du nectar et a la capacité de fleurir plusieurs fois dans la saison. De plus, elle est cultivée dans les plaines agricoles sur des surfaces importantes. Cependant la luzerne ainsi cultivée arrive en fleur qu’une fois dans l’année, car elle est le reste du temps coupée avant la floraison. La gestion alternative développée par le projet Apiluz a consisté à conserver lors de chaque coupe des bandes non fauchées (BNF) de luzerne pour permettre la montée en fleur.   

Entre 2014 à 2016, 16 agriculteurs de la Commune de Beine-Nauroy dans le département de la Marne, bassin majeur de production de luzerne déshydratée, se sont engagés à laisser une BNF sur une de leurs parcelles afin de la laisser fleurir et voir comment la culture de luzerne pourrait profiter aux pollinisateurs et à l’apiculture locale. 

Durant les 3 années du projet, le Réseau Biodiversité pour les Abeilles a ainsi participé à l’élaboration du protocole d’étude, aux suivis agronomiques et écologiques sur le terrain et a réalisé l’ensemble des travaux d’analyses des résultats d’essais.   

Plusieurs critères ont ainsi été évalués dans les parcelles accueillant des BNF et dans des parcelles témoins : Fréquentation par les pollinisateurs(diversité et abondance) – Développement des colonies d’abeilles(Suivis de ruchers) – Développement de la végétation dans les parcelles(intensité de floraison et sallissement)  – Production de luzerne(qualité de la luzerne récoltée).  

Le projet Apiluz a donc permis de valider que : 

La gestion alternative de la coupe permet un allongement de la période de présence de fleurs de luzerne à l’échelle du territoire. Les fleurs sont présentes près de 3 mois au lieu d’un mois dans le dispositif habituel
L’intensité de floraison est plus importante dans la BNF, ce qui augmente les ressources alimentaires pour les pollinisateurs sur le territoire
La fréquentation des pollinisateurs est plus importante sur la BNF que dans le centre de la parcelle (notamment papillons et abeilles domestiques). Les BNF contribuent donc au maintien des populations des pollinisateurs
Des tendances montrent un potentiel effet positif sur la production de miel (quantité) 
La présence des BNF n’induit pas de sallissement supplémentaire des parcelles 

Le projet Apiluz est un parfait exemple d’une coopération réussie entre : industries de déshydratation, les producteurs de luzerne, les apiculteurs et les associations environnementales, profitant à l’agriculture, à l’apiculture et à l’environnement.

WordPress Cookie Plugin by Real Cookie Banner